LA MÉTHYLATION, LES PERFORMANCES, LA SANTÉ ET LES MALADIES

RSS
LA MÉTHYLATION, LES PERFORMANCES, LA SANTÉ ET LES MALADIES

Le sujet de la méthylation est dorénavant dans plus de conversations que seulement celles entre les chercheurs à sarrau blancs ; devenu même l’un des sujets chauds de l’heure en santé.

Elle est l’un des processus les plus important dans le corps humain. Il s’agit en fait de l’addition d’un groupe méthyle, autrement dit CH3, à d’autres composés chimiques, entre autres afin de changer leur solubilité. (https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9thylation)

Le but premier de cet article est de vous renseigner sur l’importance des processus de méthylation de l’organisme pour la santé et par conséquent sur vos performances. Il comprendra un contenu informatif sur les fonctions du cycle de méthylation et les facteurs qui l’affectent. À cela s’ajouteront des propositions alimentaires et des idées de supplémentation adéquate à titre d’information générale uniquement. Sans plus tarder, abordons les implications du cycle de méthylation.

 

IMPLICATIONS

GÉNÉTIQUE

La méthylation de l’acide désoxyribonucléique (ADN) est un processus épigénétique (https://energieplp.com/2017/04/22/lepigenetique-et-linfluence-de-lexposome-vos-choix-quotidien-ont-une-importance-cruciale-sur-votre-sante/?v=6fad8ff354a1) dans lequel certaines bases nucléotidiques peuvent être modifiées par l’addition d’un groupement méthyle. Cette modification de l’ADN est effectuée par des enzymes

particulières appelées DNMTs pour « DNA methyl-transferase ».1

  1. Utiliser pour arrêter la réplication de virus.
  2. Faire croître des molécules.
  3. Supprime la production des thromboblastes, qui sont impliqués dans le cancer.
  4. Supprime la réplication de l’ADN là où elle est non souhaitée.
  5. Très important dans la formation de molécules biochimiques dans le cerveau.
  6. Très important dans la formation de molécules biochimiques dans le sang.
  7. Inactive la réplication du chromosome X.
  8. Préviens certaines maladies génétiques.
  9. Protège les télomères dans le chromosome, qui sont de forts indicateurs de longévité

 

DÉTOXIFICATION

Parmi les fonctions de détoxification du foie, la méthylation aidera à retirer les toxines du corps. Plus précisément, la méthylation convertira les molécules de toutes sortes, insolubles, moins solubles ou solubles dans les graisses en composés solubles dans l’eau. Cela permet ensuite au corps de les éliminer avec plus de facilité.

Autrement dit de façon simplifiée, la méthylation est en quelque sorte comparable à ‘’taguer’’ une substance, puis de l’altérer pour donner la possibilité au corps de la déplacer et l’excréter. Les molécules sortiront soit par la bile et donc les scelles, ou par les reins et donc les urines.

Si les voies de méthylation ou toute autre voie de détoxification métaboliques sont surchargées de molécules à convertir et à éliminer, mais que le corps ne détient pas les nutriments en quantité suffisante pour poursuivre ces buts, il se trouvera en situation de blocage, de charge ‘’toxique’’. C’est dans ce type de situations que le corps cumulera plus rapidement des molécules nocives telles que le méthylmecure ou d’autres métaux et polluants. On parlera alors de cas de sous-méthylation. Il faut garder en tête que l’on peut, même dans un monde pollué (https://www.sciencedaily.com/releases/2014/10/141029124551.htmhttp://content.time.com/time/specials/packages/article/0,28804,1976909_1976908,00.html), être en situation de surméthylation.

Si l’on supplémente des groupes méthyle à un individu, celui-ci peut se mettre à détoxifier des molécules toxiques trop rapidement pour sa propre situation de santé. Par exemple, prenons le cas d’une personne souffrant d’un trouble d’auto-immunité, se mettant soudainement à mobiliser des molécules qu’elle ne peut pas pleinement métaboliser et retirer du corps. Pour ce cas, il y a possibilité qu’une réponse immunitaire soit déclenchée visant à détruire ces mêmes molécules à potentiel toxique non excrétées et qui ne font pas partie du corps humain. Parfois, la même réponse immunitaire ne différenciera pas les molécules des tissus de son propre système. C’est notamment dû à une confusion du système immunitaire. Il se peut qu’à ce moment, l’individu éprouve des épisodes symptomatiques approximant la grippe ou d’autres états de maladie.2

 

IMMUNITÉ

La méthylation supporte le renouvellement des cellules lymphocytes régulateurs T et la maturation des globules blancs macrophage.3

 

NEUROTRANSMETTEUR

La méthylation joue un rôle clé dans la synthèse et l’utilisation de la dopamine et de la sérotonine.

 

MÉTABOLISME DE LA VITAMINE B9 ET SANTÉ CARDIOVASCULAIRE

La méthylation est impliquée dans la conversion d’une molécule nommée homocystéine en acide aminé, la méthionine. C’est un acide aminé au potentiel dangereux dans le corps lorsqu’en excès. L’acide aminé sera ensuite réutilisé efficacement pour diverses fonctions biochimiques.

Autour de 50% des gens sur Terre sembleraient actuellement posséder des polymorphismes génétiques de l’enzyme MTHFR (Méthylenetetrahydrofolate Reductase)4. Ces défaillances leur occasionnent une certaine difficulté à synthétiser de nouveau la méthionine à partir de l’homocystéine. Ça peut être un risque pour de nombreuses maladies, les plus corrélées sont les maladies cardiovasculaires, les maladies mentales comme la dépression, l’anxiété chronique et la fatigue chronique.

 

RÉGULATION HORMONALE

La méthylation supporte le foie en permettant ainsi de restaurer des niveaux adéquats d’estrogènes. Ce seul rôle permet de moduler la formation de nombreux cancers et de maintenir une bonne régulation des autres hormones.

 

RÉDUCTION DE L’INFLAMMATION

Il peut être mentionné que la méthylation participe à la réduction de l’inflammation, puisqu’elle retire des composés toxiques du corps, balance les hormones et contribue à la synthèse des neurotransmetteurs.

 

PROTECTION DES MITOCHONDRIES

En protégeant les mitochondries, la méthylation aide à produire de l’énergie cellulaire. Sans une méthylation adéquate, un individu peut devenir fatigué. C’est aussi nécessaire pour produire le coenzyme Q10, une substance vitale pour la production d’énergie dans les mitochondries et est d’une grande importance pour la santé du cœur.

 

SIGNES ET SYMPTÔMES

Les mauvaises fonctions de méthylation peuvent s’exprimer de nombreuses manifestations (http://mthfr.net/is-mthfr-related-to-x-condition-x-disease-x-symptom-x-syndrome/2015/06/10/), telles que :

 

-Fatigue, le manque général constant d’énergie. Souvent, les mitochondries manquent chroniquement de nutriments pour fonctionner.

-Obésité

-Infertilité.

-Fausses couches récurrentes.

-Anxiété, attaques de paniques

-Dépression

-Insomnie et troubles du sommeil

-Troubles neuropsychiatriques5

 

Par exemple, selon le chercheur sur tous les sujets en lien avec le gène MTHFR, Ben Lynch ND les défauts dans ce gène sont associés autant à l’hypertension, à l’autisme6  l’asthme, aux infarctus du myocarde, aux comportements bipolaires7, jusqu’à la sclérose en plaque8

 

SOURCES DE GROUPES METHYL

La plupart des gens n’obtiennent pas assez de groupes méthyle dans leur alimentation et bénéficieraient davantage de ces donneurs méthyliques. Une des hypothèses avancées serait que nos diètes sont de plus en plus déficientes en nutriments et que les polluants faits par l’homme augmentent les besoins en groupes méthyle.

  1. Production endogène.

Un corps en bonne santé en produira lui-même beaucoup.

  1. Les aliments entiers.

On les retrouve dans beaucoup d’aliments. Une alimentation dense en nutriments et variée en apportera beaucoup. Parmi les sources denses en groupes méthyles on retrouve les abats tels que le foie, les rognons et le coeur, les feuillus verts, les viandes telles que l’agneau, les légumineuses, les volailles, les jaunes d’œufs, le quinoa et les betteraves. La cuisson réduit parfois un peu les composés méthyles, mais pas assez pour cesser de cuire les aliments. D’autant plus que la cuisson rend accessible une grande quantité de nutriments, entre autres dans le cas de problèmes digestifs qui sont de plus en plus fréquents. À l’opposé, une alimentation raffinée et beaucoup ou exclusivement des végétaux sera relativement pauvres en groupe CH3. Afin d’obtenir suffisamment de nutriments, s’il vous plait, éviter les régimes végétariens.

SUPPLÉMENTS POUR LA MÉTHYLATION

En partant de la prémisse que nos besoins en groupe méthyle sont plus grands qu’auparavant, que nombre d’entre nous avons des défauts génétiques et que notre alimentation est malheureusement déficiente, une supplémentation est envisageable pour un temps. Le mieux sera de toujours tenter d’obtenir la majorité des nutriments par vos aliments.

Vous pouvez donc considérer les donneurs de CH3 suivant et d’autres nutriments : 

  • Vitamine B9 activée : 5 –Méthyltetrahydrofolate
  • Vitamine B12 activée : Méthylcobalamine
  • Vitamine B6 activée – Pyridoxal-5-Phosphate
  • SAMe – S-Adenenosylméthionine
  • Glutathion Liposomal
  • TMG – Triméthylglycine
  • Divers minéraux impliqués dans les processus de méthylation qui sont souvent carencés : Zinc, Magnésium, Calcium, Sélénium.
  • Formules complètes de support

Mot de la fin

Les gènes sont constamment stimulés par l’environnement et agissent pour y répondre.

En supplémentant avec des donneurs en groupes méthyle et d’autres suppléments qui agissent pour supporter les fonctions de méthylation, on peut supporter le corps dans des processus cruciaux qui sont malheureusement face à de hautes pressions dus à notre vie moderne. Agir sur la méthylation peut être un atout crucial pour aider quelqu’un à avoir une meilleure qualité de vie, mais son application n’est jamais simple et l’on ne peut pas la considérer hors d’un contexte comprenant l’individu dans son ensemble.

Parfois, il s’agira d’adresser la méthylation défaillante en tant que cause première. D’autre fois, il s’agira de supporter la méthylation alors qu’on adresse les causes des défauts d’expression. Dans ses mots, Chris Kresser expert en médecine fonctionnelle, nous exprime l’importance de considérer l’individu au complet plutôt que seulement ses informations génétiques :

«You can’t only tell what a person might need as a therapy or support supplementation based only on symptoms or DNA testing. We need to see the person as a whole. Otherwise, the action is – at best – sort of limited. […] As usual, it’s a little bit of a chicken-and-egg situation, where, for example, if you have per example gut issues or nutrient deficiencies, those are going to impair methylation. So sometimes focusing on methylation is the right step, other times fixing all these underlying problems that can cause poor methylation in the first place is the right step, and other times doing both at the same time >>

Les informations sur les mutations génétiques et les gènes sains ne peuvent que nous donner la position actuelle de quelqu’un et nous pointer vers la tendance de celui-ci, mais rappelons-nous que l’environnement contrôle les gènes!

Si vous souhaitez dès maintenant supporter votre méthylation, allez-y de façon graduelle en commençant à petites doses. Il est alors important de considérer obtenir des conseils de santé adéquats pour bien supporter votre méthylation ; de consulter un praticien de la santé connaissant ce domaine en rapide croissance qu’est la nutrigénomique et de tester adéquatement pour ne pas faire d’erreurs.

Maintenant, on aimerait avoir vos commentaires pour savoir comment vous avez trouvé l’article? Aimeriez-vous que nous parlions davantage de la méthylation à l’avenir? Ou, aimeriez-vous plutôt en apprendre sur un autre sujet? Faites-nous-en part dans un commentaire ou sur notre page Facebook!

Par : Pierre-Luc Perreault & Laurent Gaudet-Thiboutot

 

 

1 https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9thylation#La_m.C3.A9thylation_de_l.27ADN

2 Axe, Josh (2016), Autoimmune Disease Symptoms [Écrit]. Tiré de https://draxe.com/autoimmune-disease-symptoms/

3 http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27149557

4 Boris M, Goldblatt A, Galanko J. et al. Association of MTHFR Gene Variants with Autism. Journal of American Physicians and Surgeons. 2004;9:106–8.

5 http://www.jrheum.com/subscribers/07/02/341.html

6 http://www.europsy-journal.com/article/S0924-9338(06)00208-2/abstract?cc=y=

7 Lynch, Ben. (07 septembre 2011). MTHFR and the Conditions They Cause. Tiré de http://mthfr.net/mthfr-mutations-and-the-conditions-they-cause/2011/09/07/

8  http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1885585706601825

 

-Wilson, Lawrence (2016), Trimethylglycine [Écrit]. Tiré de http://www.drlwilson.com/articles/trimethylglycine.htm

 

-Wilson, Lawrence (2016), Methylation [Écrit]. Tiré de http://drlwilson.com/Articles/methylation.htm

 

-Kresser, Chris. (10 décembre 2015). What Influences Methylation? An Interview with Dr. Ben Lynch [Billet de blogue]. Tiré de http://chriskresser.com/what-influences-methylation-an-interview-with-dr-ben-lynch/

Article suivant

  • Pierre-Luc Perreault